-A +A
19.11.2021
Salle SG 2017, Bâtiment Sophie Germain

Ali HATAPCI - Science locale en Angleterre provinciale : l'histoire naturelle dans les Midlands, c.1860-c.1900

Sous la direction de Myriam Boussahba-Bravard

 

Cette thèse a pour objet les géographies historiques de l'histoire naturelle des Midlands entre 1860 et 1900. Ce sujet n'a pas fait l'objet, jusqu'alors, d'une analyse systématique. Presque toutes les grandes villes, dans la seconde moitié de l'époque victorienne,  étaient pourvues d'une société scientifique dédiée à l'étude de l'histoire naturelle. Les excursions, converzaiones, expositions, conférences organisées par ces sociétés ont encouragé le loisir rationnel, contribué à la popularisation de la science et fourni une plateforme neutre où conflits politiques et religieux pouvaient être mis de côté. Outre ces fonctions culturelles et sociales, les sociétés victoriennes d'histoire naturelle ont également assumé des responsabilités telles que la collecte, l'identification, la  classification et l'enregistrement des spécimens d'histoire naturelle de leurs localités. Certaines d'entre elles ont également joué un rôle de premier plan dans l'offre d'enseignement scientifique et la création de musées d'histoire naturelle dans les villes de province. C'est pourquoi, dans de nombreuses villes, ces sociétés scientifiques ont servi de centres culturels locaux, d'établissements d'enseignement scientifique et d'institutions d'archives scientifiques. A partir de la fin du XXème siècle, les historiens des sciences ont commencé à mettre l'accent sur l'impact de la géographie dans l'organisation, la réception et la pratique de la science. Pourtant, malgré ce « tournant géographique » dans l'historiographie de la science, une grande partie de nos connaissances sur la science provinciale victorienne est encore aujourd'hui largement basée sur l'étude des associations scientifiques du nord de l'Angleterre. Cette thèse vise à combler une lacune dans l'historiographie de l'histoire naturelle victorienne, en se concentrant sur une région comprenant douze comtés historiques du centre de l'Angleterre. L'une des principales préoccupations de cette thèse est d'étudier l'impact de la géographie dans l'organisation, les activités, les membres et le travail scientifique des sociétés scientifiques locales dans différents comtés et villes des Midlands. Les dichotomies, si familières à l'historien des sciences, de : amateur et professionnel, provincial et métropolitain, populaire et « science proprement dite » ; sont révisées à la lumière des preuves historiques provenant des Midlands victoriens. Cette thèse est organisée de façon thématique. Le premier chapitre fournit le cadre conceptuel et historiographique de l'étude. Les deux autres chapitres de la première partie présentent les différents types de sociétés à travers des études de cas. Ils étudient les fonctions scientifiques, éducatives et urbaines des sociétés littéraires et philosophiques, des sociétés d'histoire naturelle et des clubs de terrain dans différents contextes urbains. La deuxième partie se penche sur l'organisation de la science amateur dans les Midlands victoriens en trois chapitres, aux niveaux local, régional et national. Les limites géographiques de l'organisation et des activités des sociétés victoriennes d'histoire naturelle sont remises en question en
examinant les tentatives de promotion d'une plus grande coopération entre sociétés scientifiques locales, à l'échelle régionale et nationale. La troisième partie, enfin, examine l'impact des sociétés d'histoire naturelle sur la pratique et l'institutionnalisation de la mycologie et de la biogéographie. Les deux chapitres de cette partie mettent en lumière les rapports de force variables, dans les différentes disciplines, entre amateurs et professionnels, la province et la métropole. À travers une analyse des transactions  publiées, des rapports annuels et d'autres documents d'archives des sociétés scientifiques des Midlands, ainsi que des comptes rendus des journaux locaux, cette thèse vise à placer les Midlands victoriens sur la carte des sociétés scientifiques amateurs.

 

Membres du jury :

  • RICHARD Nathalie, Professeur des universités (rapporteur)
  • MARSHALL Catherine,  Professeur des universités (rapporteur)
  • PRUM Michel , PU Emerite (examinateur)
  • FINNEGAN Diarmid, Reader (examinateur)

 

La soutenance de thèse de doctorat est fixée le 19 novembre 2021 à 14 h 00.
Salle : Salle SG 2017, Bâtiment Sophie Germain, Université de Paris,
8 place Aurélie Nemours, 75013 Paris

 

Nature >